1/4

Le livre et l'exposition seront présents aux UEEH 2015 à Luminy ( Marseille) plusd'infos ici:

http://www.ueeh.net/

et ici

https://www.facebook.com/ueeh.ueeh?fref=ts

 

L'exposition sera visible du 24/10/2014 au 23/11/2014 à l'espace des diversités et de la laïcité, 38 rue d'Aubuisson, Toulouse.

"La Cissexualité* ", ce douloureux problème.

Quand les minorités viennent nommer et questionner la norme.

(extraits)

 

Toutes les minorités (personnes racisées, gays, lesbiennes, intersexes, précaires, femmes, ...) sont des minorités, car elles ont en commun des actions exercées par la norme sur elles. Elles sont ainsi:

  • invisibilisées

  • nommées par les autres

  • stigmatisées, via des différences érigées au nom de « Dame Nature »

  • /ont leurs corps exotisés, fantasmés par les normes en vigueur

  • de par des différences fabriquées comme fait de nature, discriminées d'un point de vue légal ou / et social

  • /ont LEUR parole confisquée par des pseudo expert.e.s

  • des objets d’étude ( exemple:la construction du concept de race par la médecin et sa mesure...)...

Elles se re-nomment aussi , elles, mêmes « minorités » pour se regrouper, pour lutter, remettre en question les normes et montrer la fabrique de l'a/normal par la société et souvent via la distinction « sain/ pathologique ».

 

Ce travail aborde plus spécifiquement la/ les minorités que constituent les personnes trans.

Qui, en effet, n'a jamais entendu parler de « La Transsexualité*, ce douloureux problème »?

Les médias nous inondent de la souffrance supposée et nécessaire; des « transformations spectaculaires » des personnes trans, en invitant des médecins pseudo expert.e.s et gardien.ne.s des possibilités de vie des trans, pour parler sur les trans comme objets d'étude, de pratiques sur et de discours sur. [ ...1]

 

Pour les trans, comme pour bien d'autres minorités, la question majeure qui se pose est: comment reprendre du pouvoir sur nos vies, s'empowermenter quand on est constamment montré.e comme victime, « erreur de la nature », sans possibilité de se nommer, dépendant.e des décisions du pouvoir biopolitique...Quand d'autres nous nomment et décident à notre place qui nous sommes et ce que nous avons le droit de faire de nos vies?

 

Une des formes de « la capacité de pouvoir d'agir » (empowerment)  est le retournement et le questionnement de LA norme. LA Norme qui possède ce privilège de ne jamais avoir à se nommer, car considérée comme naturelle et donc, invariante et universelle (et n'ayant SURTOUT rien à voir avec une production de la société dont le processus même de production aurait été invisibilisé) [...2]

 

 

 

Ainsi, cette exposition reprend à son compte les techniques d'empowerment et de retournement, en nommant la norme: le « cisgenrocentrisme* » et les personnes CIS* ; en les prenant comme objets d'étude, de discours sur, d'écrits sur, tout comme le sont toujours les personnes trans.

 

Elle reprend les représentations et les questions les plus courantes des Cis sur les trans , les protocoles psychiatrico-médicaux et la nécessaire et Unique Histoire Trans écrite par des cis, pour continuer à co-produire des hommes et des femmes plus conformes pour et par un régime politique hétérosexiste , pour les appliquer aux Cis,

Elle déplace les «  questions trans »  d'un champ purement médico-légal  à une question politique, tout comme le font les luttes trans, en (f)rance, depuis le début des années 2000. [...3]

 

 

Elle aborde plus particulièrement la question de la maltraitance des psychiatres et autres pseudo expert.e.s du  « transsexualisme », qui exercent leur toute puissance. Ces psychiatres et autres qui ont écrit sur les trans , ont créé et continuent à exercer dans les équipes off *, à maltraiter les personnes trans et qui pour certain.e.s ont récemment créé la SOFECT* afin de lutter contre ces militant.e.s trans qu'yels assimilent à des nazis.

 

Les citations à coté des photographies sont des citations détournées (en noir) et les citations originales (en rose ou bleu) des auteur.e.s ci-dessous:

 

Je n'ai pris que les plus prolixes et connu.e.s pour avoir été zappé.e.s entre autres par le GAT ( Groupe activiste trans) et Act Up , à savoir Colette Chiland, Patricia Mercader, Mireille Bonieherbale et Pierre-Henri Castel (dont vous pourrez consulter les écrits transphobes dans la petite bibliothèque du cissexualisme*).

 

Cette transphobie d'état agit comme une norme, par laquelle nous sommes tout.e.s « formaté.e.s », traversé.e.s en permanence et il s' agit ici, non seulement de questionner la fabrique de cette norme par la société en vigueur mais aussi et surtout de permettre à toute personne cis de se questionner quant à ce système et à ses propres représentations.

Ce travail, de fait, met à mal le « cisgenrocentrisme* »[...4]

 

Il m'est apparu comme primordial, dans cet espace/ temps particulier (un colloque fait par des trans sur les transidentités), d'arrêter de pointer ou de montrer des personnes trans pour mettre un terme à l'imagerie du spectaculaire, de la foire aux monstres et à la re et co-production des discours des personnes cis sur les personnes trans. En mettant les personnes cis au cœur d'une exposition, à ce moment particulier, j’espère qu’elles pourront s'identifier et commencer à questionner leurs privilèges de personne CIS. Le questionnement débute par le fait d'avoir à se nommer , ce que peu de personnes cis font, (il en va de même pour les personnes hétérosexuelles), de faire son « coming out » de cis pour prendre conscience que la nature n'a pas grand chose à voir dans cela, que les constructions qu’elles soient cis, trans, intersexes ou autres relèvent du même régime politique « hétérosexiste, raciste, classiste, validiste ...» qui fabrique des normes ( CIS, hétérosexuelles, blanches, viriles , valides, de classe..) en les faisant passer comme fait de nature.

 

Et les personnes trans , intersexes et autres « identitéS non binaires » ne sont pas moins légitimes à exister que les personnes cis et qu'ilLEs sont yels-mêmes expertEs de leurs trajectoires de vie!

Nous sommes issu.e.s pour certain.e.s des mouvements féministes et en reprenant ces grilles d'analyses à notre compte, nous affirmons:

 

«  Nos corps nous appartiennent »!

 

« Ne me libère pas, je m'en charge ! »[...5]

 

Naïel, 08/07/2013

Pour aller plus loin et consulter le texte dans son intégralité , un livre est en cours de préparation :

Appel à souscriptions pour l'auto-édition du livre / dead Line le 15/01/2014:

 

http://naiel7.wix.com/naiel#!le-livre-la-cissexualit-ce-douloureux/c1uij

© 2023 by ADAM KANT / Proudly made by Wix.com

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now